29 déc. 2016

2016 fut riche en émotions ...



L'année 2015 avait été forte en sensations et émotions surtout avec notre voyage de trois mois avec une traversée de l'Atlantique à la voile mais 2016 ne fut pas reste. D'autres émotions, parfois plus intenses, pas toujours bonnes mais aussi extraordinairement folle.

Ça a commencé mi janvier avec notre nouvelle maison, vraiment la notre ensemble avec enfin toutes nos petites affaires réunies au même endroit, chacun son espace et des grands espaces communs. On a pris le temps de s'installer, on est resté un petit moment dans notre bazar, avec des cartons pas rangés, c'est nous.  Les beaux jours sont revenus doucement, je me suis occupée de ma petite cour , a jardiner. Et puis le travail est devenu un peu plus intense avec l'arrivée de la belle saison, le temps est vite passé.

Le mois de Mai a pointé le bout de son nez, ça avait l'air chouette. Et puis la santé de l'amoureux a commencé à lui jouer des tours, des médecins, des examens, une attente bien trop longue à mon gout pour savoir ce qui ne tournait pas rond en lui. Avec ça pas mal de boulot de mon coté, du stress, pas beaucoup de sommeil, j'étais devenue un petit zombie. 
Pour souffler un peu on profite d'une semaine de vacances rien qu'a deux pour descendre à Cadaquès en Espagne, prendre le soleil, se reposer, profiter l'un de l'autre. Quelques jours entre parenthèse pour mieux attaquer la suite.
Et puis fin Juin le verdict arrive, c'est une Sclérose en Plaques! Bam sans savoir ce que c'est, ce que ça veut dire, mes jambes deviennent du coton, de chaudes larmes coulent sur mon visage, j'ai le souffle coupé. Le nom d'une maladie est bien plus effrayante que ce qu'elle est, on ne sait pas ce que c'est, le nom fait peur, on a déjà entendu le nom de cette maladie, tout de suite on s'imagine un fauteuil roulant, que la vie s'arrête . Et puis on en parle, on découvre ce que c'est, ce n'est pas pour autant que j'étais plus rassurée au début. Ce n'est pas une forme agressive, mais il n'y a pas de remède, des traitements existes pour limiter les effets de la maladie mais elle en disparaitra pas. Bref il faut intégrer tout ça, le digérer comme on peut, il va falloir faire avec mais pas s'empêcher de vivre, surtout pas. Ce qui n'est pas facile dans tout ça c'est de savoir que la personne qu'on aime a une maladie, de le voir pas en forme. Mais il ne faut surtout pas le prendre comme un malade et puis il y a un premier traitement qui va éliminer les effets de la crise. Petit à petit il reprend du poil de la bête, les symptômes partent, c'est l'été alors on en profite. 
Et il m'a dit cette phrase "cette maladie ne nous empêchera pas de vivre, de faire des projets, de se marier, d'avoir un bébé et tout ce qu'on a envie de faire on le fera"




Comme un signe deux jours avant l'annonce de cette maladie, on a sauvé un petit chat de la noyade dans la vase. Léon est arrivé chez nous un dimanche soir, tout sale, tout maigre, apeuré. Au départ c'était le temps de retrouver sa famille mais on s'est vite aperçu qu'il n'en avait pas. Ce jeune chat d'a peine un an devait vivre seul dehors depuis déjà quelques temps mais savait ce qu'était une maison, il a surement du être abandonné, à l'approche de l'été malheureusement c'est un phénomène fréquent.
Je m'attache vite a lui, surtout en cet période. Léon ne repartira pas de chez nous, il devient le second chat de la famille. Un vrai pot de colle qui s'est vite adapté à son nouvel environnement.



Juillet pas si vite, encore une fois beaucoup de travail, des folles journées mais aussi un peu de temps pris pour aller faire du bateau, profiter du bord de l'océan.
Et puis cette décision prise quand chéri était à l'hôpital, me faire tatouer! Depuis le temps que j'y pensais et a ce moment là j'ai encore plus réalisé qu'il fallait faire ce qu'on avait envie de faire, ne pas repousser. Alors le rendez vous a vite était pris, le dessin ne fut pas celui que j'imaginais depuis tout ce temps. Un petit dessin riche en souvenirs, qui parait un peu farfelu quand on le dit mais qui pour moi est tellement symbolique. Un ANANAS, car depuis ma traversée de l'Atlantique je suis miss Ananas! C'est parti d'un vêtement avec ce fruit, puis ça m'a vite vite collé à la peau, pour finir ancré en moi! Je trouve ce dessin tellement joli, il est le symbole de cette aventure et surtout des amitiés qui vont avec. J'adore mon petit tatouage, je ne pense plus qu'a en faire d'autres.



Aout c'est les vacances, on passe 3 jours a DisneyLand, une première pour moi. A 28 ans mais y'a pas d'âge pour aller là bas! Sceptique au départ, une fois passer l'entrée je retombe en enfance, un grand sourire envahit mon visage, je suis au même niveau que les gamins!


Septembre 2016, je ne suis pas prête de t'oublier!! Je découvre que je suis enceinte, le grand chamboulement dans ma tête, dans mon coeur. Ce n'était pas prévu, on en avait déjà parler mais pas encore plus que ça.  A peine remise des émotions du début de l'été que c'était reparti! Et puis en fait c'était la BELLE NOUVELLE que l'univers nous envoyait après son petit sale coup à l'amoureux. On l'a pris comme ça, une nouvelle aventure ensemble!
Depuis si on rajoute a ça les hormones mes émotions sont dans tous leurs états! 



Pour terminer l'année on a fait Noël à la maison, le premier tous ensemble a recevoir nos deux familles dans notre maison, a ouvrir les cadeaux au pied de notre sapin. Et ça c'était vraiment chouette et de ce dire que l'année prochaine on va recommencer avec un petit babychou en plus. Remettre encore plus de magie de Noël, se créer nos petites traditions de Noël à nous.
Et après Noël pour terminer l'année on a eu la réponse a la question Fille ou Garçon <3 

Alors voila un article plus intime que les autres mais pour faire le bilan de cette année, parfois un peu chaotique mais qui se termine d'une si belle façon et qui en annonce une nouvelle tout aussi riche en émotion, avec de nouvelles aventures mais on y mettra toujours autant d'amour, parce que c'est bien l'amour, c'est important l'AMOUR.

Passez une belle fin d'année, profitez bien de cette période.





Aucun commentaire:

Publier un commentaire